All posts filed under: les histoires

premier triathlon recit | Quarante Deux kilomètres - histoires de sport

Triathlon : récits croisés

Notre premier triathlon. Eh oui, on peut maintenant dire, et fièrement, que nous sommes triathlètes, ou triathloniennes comme dirait W. (<3 de Célia)! Le 15 juillet dernier, Magog nous accueillait avec son lac, et son fameux monstre Memphré, et ses routes vallonnées pour réaliser notre premier triathlon format sprint (750m nage – 20km vélo – 5 km course). Voici nos histoires, celle Camille et Célia, celle de C. et C., ou plutôt de Ca, dossard 1122 et Ce, dossard 1083, avec une version plus factuelle, et une version romancée avec des parenthèses!

veille triathlon magog | Quarante deux kilomètres - histoires de sport

Le jour d’avant.

On est à la veille du triathlon, et comme toujours la veille d’une course, il y un mélange de peur, d’excitation, de hâte et presque de regret d’y être déjà et d’envie, assurément, de  vouloir tout recommencer sitôt la ligne d’arrivée franchie. La peur, évidemment, même après des années de courses officielles, de dossards retirés, d’échauffements un peu fébriles, les trois secondes avant le départ, yeux fermés pour visualiser parcours, montées, descentes et ligne d’arrivée et le vide complet, c’est maintenant, il faut y aller. Cette fois-ci, un triathlon : c’est une grande inconnue et une somme de premières fois.

surf premiere fois | Quarante deux kilomètres - histoires de sports

On a testé pour vous, et surtout pour nous en fait, le surf.

Il y a un mois, il y a un siècle, il y a une éternité (on a les références qu’on mérite), j’ai profité des 4 jours de l’Ascension (le déménagement outre Atlantique a parfois du bon) pour aller voir un chouette copain breton, qui face au soleil de plomb annoncé, m’a gentiment trimballée dans son camion de hippie pour aller – roulements de tambours et sourires jusqu’aux oreilles – à la mer, surfer. Coup de bol pour nous (enfin pour moi surtout), il y avait cette semaine là, un temps calme annoncé du côté du Morbihan, « parfait pour apprendre » a-t-il glissé entre deux questions du jeu des 1000 euros. Evidemment à ce stade là, j’étais absolument terrorisée, cf les profils des collaborateurs. Du coup, on a surtout beaucoup bu pour commencer.

natation : jetez-vous à l'eau | quarante deux kilomètres - histoires de sport

Jetez-vous à l’eau!

Cela m’a pris un certain temps pour me motiver à retourner à la piscine. J’ai longtemps nagé plus jeune ; retourner dans une piscine signifiait accepter de ne plus nager aussi bien et rapidement qu’à l’époque. Accepter d’être une baleine (en sensation) les premières fois. Au final, les repères reviennent très vite, je vous l’assure! C’est comme le vélo! Je traînais, je trouvais toujours une excuse pour ne pas y plonger. Pas de maillot, pas de lunettes, pas de bonnet de bain, etc. Bref, vous voyez le genre. Je m’inventais des excuses! Une fois ce cap accepté et dépassé, une fois toute équipée, bon, il ne faut pas grand chose, mais au moins un maillot dans lequel on est confortable et des lunettes étanches, j’ai programmé mon réveil le mercredi et le vendredi à 6:10 AM. Cela remonte à il y a un peu plus de six semaines. Je me suis jetée à l’eau.

Ode gros mollets | Quarante deux kilomètres - histoires de sport

Ode aux (gros) mollets

Ça fait quelques semaines qu’on vous propose des billets en tous genres, vous vous dites, super encore un blog sportif aux photos instagram parfaites avec des gens parfaits qui ne font que véhiculer les bons vieux stéréotypes autour de la performance, de si tu fais pas de sport t’es trop nul·le, de la minceur, aussi. Alors figurez-vous que justement on (Camille surtout) a monté ce blog pour parler aussi de toutes les « défaillances », petites ou grosses qui viennent encombrer nos esprits et nos corps, que ce soient les prouts de Camille pendant le marathon (je me devais de le rappeler), les blessures, la motivation parfois introuvable pendant des semaines, les règles, la transpiration, les cheveux collés au visage et j’en passe.

conseils triathlon velo | Quarante deux kilomètres - histoires de sport

Cinq conseils de newbies du triathlon : le vélo.

Hier, Célia et moi sommes allées faire notre première vraie sortie de vélo, pour le triathlon. Cela fait à peu près deux ans qu’on fait du RPM, en salle donc, très régulièrement – deux à trois fois par semaine en fait – mais on était jamais vraiment sorties en vrai, dehors, avec des vélos faits pour ça. On excelle dans l’art de dérouler les kilomètres en Bixi sur les pistes cyclables de la ville pour courir après tous les jolis cafés, mais notre expérience du vélo s’arrête plus ou moins là. Le papa de Célia (qui est notre coach-du-bon-sens à distance, sans lequel on se serait probablement inscrites au triathlon format olympique sans même se poser la question de commencer par un format plus petit) nous avait fortement conseillé de nous habituer VRAIMENT en amont à rouler pendant plus d’une heure, pour qu’on s’habitue à la posture sur le vélo et pour tester aussi notre endurance. Si le RPM est excellent pour le cardio, je le rapproche plutôt d’un entraînement en fractionné plus que de …

preparation marathon Berlin | Quarante Deux Kilomètres - blog sport

J-110 : en route pour le marathon !

J’avais terriblement hâte de voir le mois de juin commencer. Depuis le 25 septembre dernier, je savais très bien que cette première ligne d’arrivée n’allait pas être la dernière et je me suis rapidement mise en quête du prochain marathon. Je ne voulais pas vraiment refaire le même marathon. Si j’ai adoré le fait de faire mon premier à Montréal (j’aime bien donner tout un tas de symboliques à chaque événement important de ma vie, ça frise parfois le ridicule, mais enfin, je fonctionne comme ça), je voulais absolument faire le suivant ailleurs. C’est quelque chose de tellement exceptionnel, un marathon, que je veux en faire quelque chose de vraiment différent à chaque fois. Et puis, soyons très honnêtes, j’avais trouvé le parcours du marathon montréalais assez chiant.

pourquoi tant de sport | quarante deux kilomètres - blog sport fitness plein air montreal

Le sport dans ma vie

Pourquoi je fais autant de sport? Les gens le savent, je fais beaucoup de sport. Et je le confirme moi-même, oui, beaucoup quand même. Beaucoup pour une fille qui a une job à temps plein prenante. Un jour, mon copain a décidé d’appeler Camille et moi, les lesbiennes culturistes. Voilà, c’est dit. Nous, ça nous a fait rire, mais ça en dit long. (N.B. Nous n’avons rien contre les lesbiennes culturistes!) Quand on me demande, “Ça veut dire quoi beaucoup pour toi, genre, combien de fois par semaine ou combien d’heures?”, eh bien, des fois, souvent, j’essaie d’esquiver la question! Pourquoi? Parce que, parfois , la réponse en impressionne certains et en effraie plus d’un aussi! Il n’y a rien de honteux à faire du sport en masse, loin de là (mon rêve serait de vivre de sport et d’eau fraîche!), mais des fois, je me conserve une petite réserve, une petite intimité. Alors pour répondre, parce que sur Quarante Deux kilomètres, on est là pour parler sport, je m’active six fois par semaine. Je m’active, …

les 5 grandes choses que j’ai apprises grâce au marathon

Plus exactement, les cinq grands enseignements que j’ai pu tirer de la préparation au marathon, mais c’était vraiment trop long comme titre. La préparation pour mon premier marathon a duré 12 semaines. Douze semaines longues, rythmées par les sorties longues, les fractionnés, les tempo run, les sorties en endurance. Les litres d’eau-qui-pique, les bananes, les massages. Les soirées à l’eau-qui-pique-et-rondelle-de-citron, les plats de pâtes et de pois chiche et les tests de barres tendres. Je suis passée par un tas de phases, pendant ces douze semaines, de l’euphorie aux frissons en pensant à la ligne d’arrivée, en passant par les larmes, les doutes, l’énervement, la colère, le découragement. Les journées s’enchaînaient sans que je ne réfléchisse trop, sinon, je laissais les baskets dans le placard. La semaine avant le marathon, c’était la semaine de repos, probablement la semaine que j’ai le plus détestée : loin de mes parcours de course et brusquement face à l’échéance, j’ai été un peu perdue. J’ai eu du temps pour faire le point sur les dernières semaines. Et je me …

quarante deux kilometres_matin-entrainement

Juste après

C’est sans doute l’un des moments que je préfère, ce juste après. Juste après les deux mille mètres (les bons jours) de natation, deux mille mètres-quatre vingt longueurs, pendant lesquels j’ai fait le vide, je n’ai pensé qu’à gainer mes abdos, allonger la nuque et respirer comme il faut. C’est ce juste après qui me fait repousser la couette au premier réveil, 6h04, dix petites minutes pour me réveiller doucement (il faut lire ici dix petits minutes pour scroller instagram et twitter, ne vous leurrez pas), quinze pour enfiler mécaniquement un maillot de bain, un jogging tout mou, un sweat tout doux, vérifier que le trio bonnet de bain-lunettes-gougounes* est dans mon sac, soigneusement préparé la veille, me brosser les dents, et, casque sur les oreilles, fermer la porte.